Je n'aime pas la piscine

icon Tags de l'article : , ,

Janvier 07, 2020
Je suis le seul à haïr le concept de piscine dans les grandes écoles d'ingé ?

Pour celles et ceux qui connaissent pas, c'est un projet ultra intense de 1 mois imposé aux étudiant-es peu après leur arrivée à l'école. Projet demandant de bosser énormément pour y arriver.


Pour moi c'est juste du "bizutage officiel" d'écoles qui choisissent la facilité sans se poser la question des conséquences :
  • Déjà ça oblige les étudiants à apprendre par eux-même,
  • C'est ultra malsain niveau rythme de travail (semaines de 50 à 70 heures, ce serait illégal en entreprise, alors pourquoi l'encourager à l'école ?)
  • Ca sert à dire aux étudiants "ouais enfin plus tard tu feras ça aussi en entreprise tu sais, le crunch, les heures sup' non payées, tout ça" (alors que non hein, du taf y'en a énormément, et rien n'oblige à bosser comme un dingue pour les beaux yeux du patron, surtout dans l'informatique)
  • Ca encourage les abus de drogues pour tenir (café, boissons énergisantes, clopes, stimulants, etc.)
  • Ca va faire arrêter des étudiants qui auraient été très bon en informatique, juste qui sont un peu moins autodidactes ou qui ont besoin d'être un peu plus guidés au début.
  • Ca va faire arrêter les étudiants qui tomberont dans des groupes avec lesquels ils ne s'entendent pas.
  • Ca empêche les gens qui ont des obligations (=une vie, des loisirs, des passions, des responsabilités...) de suivre ce cursus sans faire de sacrifices.
  • On SAIT qu'au delà de 40h par semaine on perd en productivité, et qu'on fait plus de la merde (= bugs) qu'autre chose. C'est franchement l'inverse que vous voulez enseigner dès les premiers mois à l'école ?
  • Enfin ça encourage encore et toujours les mêmes profils à bosser dans l'informatique : les jeunes hommes blancs, un peu geeks/gamers sur les bords, passionnés et avec des moyens et plein de temps libre (pas de job à côté quoi). Et après ces écoles viennent s'étonner de n'avoir que très peu de femmes étudiantes !

Bref, c'est un truc que je trouve vraiment malsain. C'est le choix de la facilité pour les dirigeants des écoles (éliminer les élèves qui ne rentrent pas exactement dans le moule, un peu moins motivés ou pas autodidactes, créer direct une mentalité élitiste de "démerde toi" et "la vraie vie c'est faire des heures sup' non payées").

Après je suis pas contre le fait de bosser en projet. Au contraire. C'est ultra formateur. Mais ça doit être dans un cadre carré, avec des horaires définies, un prof présent et un travail faisable sur la durée du projet, sans heures sup' obligatoires, pour des étudiants de tous niveaux (s'ils/elles sont motivé-es, évidemment).

Pour moi, un projet intense aurait beaucoup plus de sens à la fin d'une année de formation... qu'au début. Quand les étudiant-es se connaissent, savent avec qui ils/elles veulent bosser, mais aussi quand ils/elles ont acquis les compétences nécessaires.

Mais bon, si beaucoup échouent ce projet, on pourrait se demander si ce n'est pas la faute des profs non ?

A méditer.